18
août 2022

Place à la croissance organique

Les acteurs
Outils
TAILLE DU TEXTE

Fin mai, Astoria Finance faisait l’acquisition du cabinet PCA Est, l’occasion de faire le point sur le développement de la société en compagnie de Malcolm Vincent, son directeur général.

Place à la croissance organique 01Vous venez de réaliser une nouvelle opération de croissance externe. Pourriez-vous nous en dire plus ?
Malcolm Vincent : Fondé par Laurent Serre, PCA Est est un acteur majeur de la gestion patrimoniale dans l’est de la France, avec 250 millions d’euros d’encours et des bureaux à Chaumont, Mulhouse et Besançon. Cette opération était pour nous une belle opportunité de renforcer notre présence dans cette région par l’intégration de vingt-sept nouveaux collaborateurs (dix-sept mandataires et dix salariés). Par ce biais, nous nous offrons également la possibilité de nous développer via des mandataires.
Cette nouvelle orientation stratégique implique d’intégrer aux côtés de l’organisation d’Astoria Finance de nouvelles méthodes de travail innovantes. Nos processus internes en seront renforcés.

Pour quelles raisons avez-vous décidé de créer un réseau de mandataires ?
Car au fil des vingt-six acquisitions que nous avons réalisées, nous avons des clients dans toute la France, dans des villes parfois éloignés de nos bureaux. Avec un réseau de mandataires, il est plus facile de couvrir la France.

Qu’en est-il de votre développement ?
Nous poursuivons notre stratégie de croissance organique, car nous avons de nombreux clients et d’actifs financiers à traiter, ce qui nous offre un important réservoir de valeur. Pour cela, nous comptons recruter une soixantaine de conseillers en gestion de patrimoine, jeunes ou expérimentés, dans les vingtquatre prochains mois, et nous avons réalisé un gros travail au niveau de nos fonctions support. Nous avons décidé de nous structurer autour de trois départements avec des offres et des approches différentes:-un premier dédié à clientèle mass-market;-un deuxième pour la gestion privée, autour du savoir-faire de Fipagest (400 millions d’euros d’encours), cabinet rémois dirigé par Nathalie et Xavier Miravette que nous avons acquis en mars dernier, et autour duquel nous comptons agréger d’autres cabinets. La structure a su recruter des collaborateurs talentueux, et c’est autour d’elle que nous avons décidé de consolider notre pôle de gestion privée en conservant la marque;-et enfin un réseau de mandataire dans toute la France. Cette structuration va également nous permettre de proposer des parcours professionnels, symbolisés par des marques, à nos collaborateurs.

Comptez-vous acquérir de nouveaux cabinets ?
Deux opérations devraient être prochainement finalisées. Nous sommes toujours à l’affût d’opportunités de croissance externe si elles ont un caractère stratégique pour nous. Il s’agit de nous renforcer d’un point de vue géographique, là où nous ne sommes pas, notamment en Bretagne et en Normandie, ou métier, pour consolider notre gestion privée ou compléter notre réseau de mandataires. Néanmoins, nous ne participons pas à tous les process de vente car les valorisations sont devenues très élevées, avec des multiples d’Ebitda qui peuvent monter jusqu’à quinze.

Quelques chiffres pour conclure ?
Astoria Finance a réalisé vingt-six acquisitions depuis 2013 et compte aujourd’hui 8,1 milliards d’euros d’encours sous gestion. Nous sommes présents dans toute la France avec vingtdeux bureaux et cent-quarante collaborateurs. Nous avons réalisé 300 millions d’euros de collecte l’an passé, et nous comptons atteindre les 370 millions d’euros cette année.

Articles sélectionnés pour vous

logo lbf