Un géant obligataire s'attaque au marché des CGP

Les acteurs
Outils
TAILLE DU TEXTE

Acteur de renommée mondiale sur le marché des taux, Pimco s’adresse désormais à la clientèle patrimoniale. Pour cela, la société de gestion californienne qui fête cette année son cinquantième anniversaire a sélectionné deux fonds obligataires et un fonds diversifié patrimonial. Entretien avec Dominique Dorlipo, son responsable France.

Investissement Conseils:Jusqu’ici Pimco s’adressait sur le marché français aux investisseurs institutionnels. Pourquoi avez-vous décidé de vous intéresser à celui des conseils en gestion de patrimoine ? Dominique Dorlipo:Il est vrai que de manière historique nous nous adressons en France à une clientèle de grands investisseurs. Depuis l’année dernière, nous avons décidé d’accélérer notre développement sur la clientèle privée en France, mais aussi dans d’autres pays notamment l’Italie, la Grande-Bretagne et l’Amérique du Nord. Sur le marché français des CGP, nous avions procédé il y a quelque temps à des référencements sur différents contrats d’assurance-vie. Nous révisons actuellement ces conventions.

Ce retour sur le marché des conseillers en gestion de patrimoine a tout d’abord consisté à répondre à la demande de banques privées et gros cabinets de CGP qui avaient sélectionné notre offre. Naturellement, nous avons décidé, ensuite, d’étendre notre action auprès des plates-formes, des cabinets de gestion de patrimoine et des groupements de CGP, tout en procédant à un travail autour d’une meilleure visibilité de notre marque.

Le contexte du marché français se montre plus propice aux asset managers qu’auparavant. Tout d’abord, le poids du fonds en euro décline d’année en année dans les allocations des épargnants. Il rapporte de moins en moins et les compagnies d’assurance-vie contraignent son accès pour préserver leurs fonds en euro et pour des questions de rentabilité de leurs fonds propres. Face à cela, les CGP sont en recherche de solutions de diversification peu volatiles et performantes. Le marché français de l’épargne est également d’une taille conséquente – environ 4 000 milliards d’euros –, et investi en assurance-vie pour 50 %. Par ailleurs, nous avons observé que les conseillers en gestion de patrimoine gagnent progressivement des parts de marché et se structurent, via des groupements ou regroupements, et montent en gamme. Agiles, ils ont su diversifier leurs activités autour des problématiques de la retraite et de l’entreprise.

Pimco est reconnu pour être un spécialiste de la gestion obligataire. Vos solutions seront donc orientées vers cette classe d’actifs ? D. P. Il est vrai que sur nos 1 800 milliards d’euros d’encours, 1 600 milliards concernent des stratégies obligataires, avec des solutions souvent très sophistiquées. Néanmoins, le poids des autres typologies de gestion est amené à prendre de plus en plus d’ampleur chez Pimco.

Pour leurs portefeuilles modèles, les CGP sont attirés par des solutions obligataires leur servant à amortir les chocs de marché ou pour diversifier leurs allocations, via des fonds sur le crédit. Néanmoins, nous n’avons pas sélectionné que des fonds purement obligataires pour répondre à leurs attentes.

Quels fonds proposez-vous donc à la clientèle des cabinets de gestion de patrimoine ? D. P. Les CGP français ont un comportement et des attentes similaires à leurs homologues italiens, un marché que nous avons abordé depuis quelques années déjà. Ils recherchent des solutions qui proposent à la fois du rendement et une certaine protection du capital de leurs clients. Nous répondons à leurs attentes via deux catégories de produits:un fonds diversifié et deux fonds obligataires.

Nous leur proposons, tout d’abord, le fonds Pimco GIS Dynamic Multi-Asset Fund (DMAF) géré par Géraldine Sundstrom (plus de 5 milliards d’euros d’encours). Il s’agit d’une stratégie flexible internationale, conçue pour s’adapter à tous les environnements de marché. DMAF s’appuie sur l’expertise top-down et bottom-up de Pimco à travers l’ensemble des classes d’actifs, et suit une approche flexible fondée sur un portefeuille dynamique, libre de toute contrainte indicielle. Il s’agit d’un fonds ayant une stratégie d’investissement patrimoniale puisqu’il place la maîtrise du risque au centre de ses préoccupations. En s’appuyant sur la recherche macroéconomique de Pimco, ce fonds associe différentes classes d’actifs:actions, crédit, taux d’intérêt et, à un degré moindre, les devises. La sélection de valeurs repose sur la qualité des entreprises, avec trois thématiques disruptives privilégiées actuellement:la technologie, la robotique et la santé. La poche actions peut atteindre jusqu’à 60 % de l’actif du fonds, avec un poids cible autour de 40 %. Dans les faits, cette poche est réellement flexible puisqu’elle est passée de 18,9 %, en janvier 2020, pour atteindre actuellement 36,8 % (au 31 décembre 2020).

Les fonds obligataires ont aussi toute leur place dans le cadre d’une allocation diversifiée. Un premier fonds obligataire flexible proposé est le Pimco GIS Diversified Income, géré par Eve Tournier qui totalise plus de 15 milliards d’euros d’encours. Celui-ci combine les différents leviers de création de valeur du crédit:Investment Grade, High Yield et crédit émergent. Ainsi, il vise un couple rendement-risque attractif, avec un taux de rendement actuellement compris entre 3,5 et 4 %. Enfin, le troisième fonds actuellement proposé aux cabinets de conseillers en gestion de patrimoine est un fonds obligataire d’impact, une des tendances fortes du marché pour les prochaines années selon nous. Ce fonds, Pimco Climate Bond Fund lancé en septembre 2020 (110 millions d’euros d’encours), offre, comme son nom l’indique, une exposition au crédit global sur des émetteurs ayant un impact positif sur le climat.

Contrairement aux fonds d’obligations vertes classiques, ce fonds se distingue par une approche véritablement unique et diversifiée des solutions obligataires thématiques.

Quelles sont vos ambitions sur ce marché ? D. P. Pimco est présent en France depuis vingt ans et le marché de l’épargne constitue pour nous un secteur important sur lequel nous allons déployer des moyens importants et toute notre énergie. Si nous ne pouvons afficher d’objectif chiffré, nous sommes confiants car nos propositions de valeur correspondent pleinement à la demande de nos partenaires.

“ Nous avons observé que les conseillers en gestion de patrimoine gagnent progressivement des parts de marché et se structurent, via des groupements ou regroupements, et montent en gamme.”

“ Les CGP recherchent des solutions qui proposent à la fois du rendement et une certaine protection du capital de leurs clients.

Nous répondons à leurs attentes via deux catégories de produits: un fonds diversifié et deux fonds obligataires.”

 

logo lbf