Info en direct    14/02/2018

Location d'une partie de la résidence principale : actualisation des limites d'exonération pour 2018
Les personnes qui louent ou sous-louent en meublé une partie de leur habitation...  lire la suite
Extension du don de jours de repos aux aidants familiaux
Adoptée fin janvier, la loi permettant le don de jours de repos au profit d'un...  lire la suite
Les revenus d'activité des non-salariés en hausse en 2015
Selon l'INSEE, tous statuts confondus, les professionnels indépendants ont...  lire la suite
 
 

 
Copropriété: maîtrise des charges, contrôle des comptes
Les charges de copropriété donnent souvent lieu à des débats plus ou moins passionnés, parfois à des polémiques. Leur montant, qui peut être important, procède d’un calcul qui n’es...
Consulter
 
 

Les placements plaisir ont la cote chez les investisseurs





Forêts, vin, voitures de collection, chevaux de course, les placements alternatifs ont de plus en plus la cote auprès des Français.


Les placements alternatifs s’imposent peu à peu auprès d’investisseurs à la recherche de rendements élevés dans un contexte de pression fiscale accrue. C'est ce qui ressort de l'étude de Xerfi « Le marché des placements alternatifs - Forêts, vin, immobilier alternatif, voitures de collection, etc. : analyse de la demande, spécificités par segment et évolution de l’offre ».
Le livret A, avec son taux de 0,75 % depuis le 1er août dernier fait, en effet, pâle figure comparé aux rendements de ces produits, fluctuant entre 2 et 5 % par an en moyenne. Ainsi, le marché des placements alternatifs restera bien orienté à l’horizon 2017, d’après le scénario des experts de Xerfi. Le livret A, avec son taux de 0,75 % depuis le 1er août dernier fait, en effet, pâle figure comparé aux rendements de ces produits, fluctuant entre 2 et 5 % par an en moyenne. Ainsi, le marché des placements alternatifs restera bien orienté à l’horizon 2017, d’après le scénario des experts de Xerfi.

Les forêts : entre 2 et 4 % de rendement annuel
Forêts, vin, voitures de collection, chevaux de course, les placements alternatifs ont de plus en plus la cote auprès des Français. Toutefois, le dynamisme de ce marché varie selon les segments. Déconnectés des marchés financiers et donc préservés des fortes variations spéculatives, les placements forestiers, qui rapportent entre 2 et 4 % par an, attirent particulièrement les investisseurs. Ce type de placement permet, en outre, de bénéficier d’exonérations fiscales importantes. Un couple peut ainsi déduire de sa déclaration d’impôt sur le revenu jusqu’à 11 400 € pour un investissement en forêt en direct et 19 000 € pour des parts de société d’exploitation forestière. Pour les foyers soumis à l’ISF et propriétaire d’une forêt, l’exonération atteint 75 %. Les évolutions réglementaires favorables portent également la demande de placements forestiers, notamment à travers la loi d’avenir agricole (2014).

Parking : jusqu’à 12 % de rendement annuel
Accessible à partir de quelques milliers d’euros et avec un rendement pouvant atteindre jusqu’à 12 % par an dans certaines agglomérations, l’investissement dans les parkings séduit également. Si les résidences seniors et les Ehpad sont également recherchés pour leur rendement de 4 à 5 % par an, les conditions de location et les charges sont relativement élevées. Sans oublier d’éventuelles difficultés à revendre le bien.

Les banques bien placées pour tirer leur épingle du jeu
Conscients du potentiel de croissance du marché des placements alternatifs, les acteurs de la banque et de l’assurance sont toujours plus nombreux à proposer de nouveaux produits d’épargne et d’investissement pour répondre aux nouvelles attentes des investisseurs.
Misant sur leur notoriété et sur leur base de clientèle déjà importante, les grandes banques françaises sont aujourd’hui les mieux placées pour sensibiliser épargnants et investisseurs à l’existence et à l’intérêt des placements alternatifs. Elles ont élargi considérablement leur gamme de produits, notamment dans l’immobilier alternatif en proposant des investissements directs et indirects via des sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) ou des organismes de placement collectif immobilier (OPCI). Le Crédit agricole a également développé des solutions d’investissement forestier à travers sa filiale spécialisée, CACIF.


MAJ le 16/03/2016