Info en direct    22/11/2017

Livret A : les compteurs dans le rouge en octobre
Après une première baisse de régime en septembre, la Caisse des dépôts...  lire la suite
L'Assemblée nationale adopte le projet de loi de finances pour 2018 en première lecture
Mardi, les députés ont adopté à une large majorité l'ensemble du projet de loi...  lire la suite
Convocation d'une CMP pour le projet de loi relatif au budget de la Sécurité sociale
Le Sénat a adopté mardi le projet de loi de financement de la Sécurité sociale...  lire la suite
 
 

 
OPTIMISEZ VOS REUNIONS
Augmentez la productivité de vos réunions de 33 % ! Les réunions sont une activité chronophage : nous y passons quasiment un tiers de notre temps professionnel, pour des résulta...
Consulter
 
 

Un taux si bas, ça se conserve !



Quand on la chance d’avoir un taux aussi bas que les taux actuels, il faut tout faire pour le conserver sur le long terme, sans pour autant devoir conserver le bien qu’il a financé. Une solution : prévoir dans le contrat l'option « transfert de prêt ».

 

L'option « transfert de prêt » : avantages

Opter pour cette formule apporte de nombreux avantages. Tout d'abord, elle leur permet de transférer le capital restant dû aux conditions acquises aujourd'hui. Ainsi, si les conditions se sont fortement « détériorées », c'est-à-dire que les taux ont augmenté par exemple, ils devront emprunter aux conditions de demain le montant différentiel entre le capital restant dû de leur premier bien et le prix de leur nouvelle acquisition.

De plus, ils ne devront pas rembourser leur 1er prêt par anticipation et ne devront donc pas s'acquitter des pénalités de remboursement anticipé. Or celles-ci représentent 3% du capital restant dû ou 6 mois d'intérêts (l'option retenue est celle qui sera la plus avantageuse pour l'emprunteur). Ainsi cette solution donne aux emprunteurs la possibilité de réaliser plusieurs milliers d'euros d'économies !

Enfin, si le 1er bien est garanti par une caution (qui garantit le prêt), et non pas par une hypothèque (qui garantit le bien), l'emprunteur qui opte pour le « transfert de prêt » pourra également transférer la garantie de ce prêt. Il devra souscrire à une nouvelle garantie s'il contracte un prêt complémentaire.

 

Exemples de transfert de prêt

Le 13.07.2016, Monsieur et Madame ont 30 ans.

Ils achètent un bien à 150 000€.

Ils contractent un prêt sur 20 ans, taux fixe 1,46% + assurance 0,28% pour le couple, assurés chacun à 50-50.

Ils payent donc pour ce prêt : 756€ de mensualité, assurance comprise.

Dans leur contrat de prêt, leur courtier a négocié la possibilité de transférer leur prêt en cas de changement de maison.

 

Le 13.07.2026, Monsieur et Madame ont 40 ans.

Ils décident de déménager et ont besoin d'un prêt de 150 000€

Ils contractent un nouveau prêt sur 10 ans, taux fixe 5% + assurance 0,38 pour le couple, assurés chacun à 50-50.

 

Option 1 : ils souscrivent un nouveau prêt car ils n'ont pas la possibilité de transférer leur ancien prêt.

Prêt de 150 000€ / 10 ans / taux fixe 5% + 0,38% d'assurance

Ils vont payer pour cette option : 1638€ d'échéance, assurance comprise.

Le coût total de ce nouveau prêt est de 46 617€.

Ils devront s'acquitter des pénalités de remboursement anticipés qui s'élèvent à 939€.

 

Option 2 : ils font un transfert de prêt.

- Capital restant dû du prêt précédent : 81 084€.

Sur les 10 ans restants, ils continuent de payer pour ce prêt : 756€, assurance comprise.

- Ils empruntent les 68 916€ manquants, aux conditions du 13.02.2025 : 5% sur 10 ans, assurance 0,38 pour le couple.

L'échéance assurance comprise pour ce nouveau prêt de 752€.

Leur nouvelle échéance est de 1 508€.

Le coût total du crédit pour leur nouvel achat est de 30 960€ (contre 46 617€ pour l'option 1, sans transfert de prêt).

 

Dans le cas concret montré ici, l'emprunteur réalise un gain de 15 657€ grâce à l'option « transfert de prêt ». Ulrich Maurel d’Immoprêt conclut : « Opter pour l'option transfert de prêt permet de toute façon de réaliser de belles économies pour un futur projet. Vu le contexte actuel, il faut y penser ! »


MAJ le 05/01/2017