Info en direct    18/10/2018

Refonte de l'imposition des revenus des non-résidents
Le gouvernement a fait adopter un amendement au projet de loi de finances pour...  lire la suite
Changement de régime matrimonial : suppression du délai de 2 ans
L'article 1397 du Code civil prévoit un délai de 2 ans durant lequel les époux...  lire la suite

Articles de Octobre 2018

Améliorer sa retraite grâce à son employeur
Ce n’est un secret pour personne : les actifs, qu’ils soient cadres ou employés, verront leurs revenus baisser considérablement et inexorablement le moment de la retraite venu. Pour pallier ce ..Lire l’article

L’assurance-dépendance pour une vieillesse à l’abri du besoin
Une dépendance lourde coûte plusieurs milliers d’euros par mois, un budget impossible à financer pour la plupart des retraités. Avec une société qui vieillit, il est impératif ..Lire l’article

Les contrats Luxembourgeois
Idéal pour séduire une clientèle internationale, le contrat souscrit auprès d’une compagnie luxembourgeoise est d’une parfaite neutralité pour les personnes (souscripteurs et ..Lire l’article



Recherche dans les archives actualités "ASSURANCE" :


Par texte :
Par date :

Actualités de Octobre 2018



Haro contre l'eurocroissance !

La loi Pacte prévoit que «Le fonds eurocroissance sera modernisé afin de renforcer la contribution de l'assurance-vie au financement de l'économie et d'offrir de meilleurs potentiels de rendement aux assurés». Cette proposition ne fait pas l'unanimité des acteurs de l'assurance. Pour Bertrand Tourmente, fondateur d'Althos Patrimoine, dans une tribune du 2 juillet : «Pour rappel, ces fonds s'inspirent des fonds en euros "classiques", mais n'offrent une garantie en capital qu'après huit ans de détention au lieu d'une garantie immédiate. En contrepartie, les fonds eurocroissance incluent une part d'investissements en actions dans le but d'améliorer à long terme la performance du fonds. Cette solution peut être avantageuse en termes de frais, en permettant aux épargnants de s'exposer légèrement aux marchés actions sans payer les frais de gestion associés aux OPCVM proposés dans les contrats d'assurance-vie. Néanmoins, les fonds eurocroissance, lancés il y a cinq ans, n'ont jamais réussi à trouver leur public. Difficile, donc, de les rendre plus attractifs en l'état actuel». Dans sa tribune du 2 juillet, Philippe Parguey, directeur général développement chez Nortia, estime que «Transformer les "fonds en euros" en "fonds eurocroissance" est toujours une aussi mauvaise idée ! L'actuel projet de loi Pacte envisage de relancer des fonds semblables au fonds euro-croissance déjà mis en place depuis quelques années dans les contrats d'assurance-vie [...]. Le mécanisme présente toujours aussi peu d'intérêt pour l'épargnant. Pour garantir le capital au terme, il faut toujours une part importante d'obligations compte tenu de la faiblesse des taux : cela n'offre aux assureurs-vie qu'une faible marge de manoeuvre pour prendre plus de risques sur les marchés actions et le rendement des fonds eurocroissance sera donc relativement faible et soumis au risque de hausse des taux. Surtout, l'absence de garantie immédiate du capital rend cette offre peu avantageuse face à d'autres placements. Le fonds eurocroissance n'a jamais rencontré le succès escompté, il est peu probable que la loi Pacte change la donne». Rappelons que l'encours de l'eurocroissance s'élève à environ 2,3 milliards d'euros pour un encours total d'assurance-vie de 1 701 milliards d'euros. L'encours de l'eurocroissance s'élève à environ 2,3 Md€ pour un encours total d'assurance-vie de 1 701 Md€.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Un nouvel acteur

Advize propose aux conseillers indépendants le premier contrat luxembourgeois totalement digitalisé : Ma Sentinelle Lux, dont l'assureur est One Life. Pour Olivier Gentier, directeur général d'Advize, les objectifs à deux ans sont clairs : «On espère travailler avec deux cents cabinets actifs. Nous organisons des roadshows sous forme de petits-déjeuners de présentation de notre offre, et des ateliers avec des petits groupes d'une dizaine de CGPI. Nous sommes aussi partenaires de l'atelier Bordeaux FinTech (les 10 et 11 octobre à Bordeaux)». Advize a déjà séduit des conseillers en gestion de patrimoine. C'est le cas de Patrick Recipon, fondateur et gérant du cabinet Agavic, installé depuis plus de treize ans à Tassin-la-Demi-Lune, dans le Rhône, qui souhaite «offrir des contrats dématérialisés pour une cible complémentaire à nos clients habituels». Il nous précise que «Nous allons faire une campagne spécifique pour ce contrat auprès de notre fichier prospects, et en septembre, nous allons dérouler une distribution de flyers en boîtes aux lettres à Lyon et le département. C'est une excellente opportunité de nous présenter auprès des gens qui ne nous connaissent pas».


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Les entreprises paient, en moyenne, 58 % de la complémentaire santé de leurs employés

L'accord national interprofessionnel (Ani) du 11 janvier 2013 a généralisé la couverture complémentaire santé d'entreprise à l'ensemble des établissements employeurs de droit privé et a imposé des niveaux de garanties plancher et un cofinancement des contrats par l'employeur à hauteur de 50 % au minimum. Les entreprises et établissements devaient se conformer à cette obligation avant le 1er janvier 2016. Selon l'enquête Protection sociale complémentaire d'entreprise, plus d'un établissement sur deux a mis en place ou modifié une couverture existante, du fait de l'Ani. Si bien qu'en 2017, 84 % des établissements regroupant 96 % des salariés offrent une couverture complémentaire santé, contre la moitié des établissements avant l'Ani. En 2017, les employeurs financent en moyenne 58 % de la prime de leurs salariés pour des contrats de complémentaire santé d'entreprise, contre 56 % en 2009, parmi l'ensemble des établissements proposant une complémentaire santé. Source : Etudes et Résultats, n° 1074, Drees, publié le 19 juillet 2018.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Les assureurs préfèrent les obligations

A fin mars 2018, l'encours de placements financiers des sociétés d'assurance françaises s'élève à 2 509 milliards d'euros (en valeur de marché). Il est quasi stable par rapport au trimestre précédent, une légère baisse de la valorisation se trouvant compensée par un flux d'achats de 17 milliards d'euros. Les encours de placements des assureurs sont constitués pour 73 % du portefeuille de titres de créance, c'est-à-dire surtout d'obligations. Les actions représentent 16 % du portefeuille. Le solde de 11 % est constitué de parts d'organismes de placement collectif (OPC). Le portefeuille est composé pour 48 % de titres émis en France, 41 % de titres émis à l'étranger et 11 % d'OPC non-ventilés. Les administrations publiques demeurent les premiers bénéficiaires des placements (28 %), suivies des entreprises (25 %), des banques et autres institutions financières monétaires (20 %), des sociétés financières (16 %) et enfin 11 % d'OPC non-ventilés Source : Stat Info Placements financiers des sociétés d'assurance - France.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

L'assurance luxembourgeoise en bonne place

Suivant le rapport SIGMA (Swiss Re), l'assurance luxembourgeoise occupe pour 2017 en termes de primes le 9e rang européen et le 20e rang mondial en assurance-vie, et le 20e rang européen et le 44e rang mondial en assurance non-vie. La France apparaît comme le premier client du Luxembourg. C'est en France que les assureurs-vie luxembourgeois réalisent leur collecte la plus importante. L'assurance-vie luxembourgeoise représentait un encours de 179 milliards fin 2017 (environ le dixième de l'encours français en assurance-vie), un montant en hausse de 3,7 % par rapport à fin 2016. Les encaissements de primes se sont élevés en 2017 à 23 milliards d'euros, soit une augmentation de 8,79 % par rapport à l'année précédente. Les premiers chiffres de collecte du premier trimestre 2018 font apparaître une hausse de la collecte d'assurance-vie de + 4,35 %, mais une baisse de la collecte en unités de compte de 7,79 % (Commissariat aux assurances Luxembourg, Rapport annuel 2017-2018 publié en juillet 2018).


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Et sur Twitter...

Stern Life Luxembourg (@sternlife_lu), le 10 septembre : «L'épargnant et l'inflation ne font pas toujours bon ménage ! Les épargnants doivent consulter leur #CGPI pour les protéger de l'érosion monétaire du #FondsEuro qui perd 0,40 % en 2018 en moyenne avec une inflation de 2 % ! #CGP #Courtiers #AssuranceVie». Jean-Charles Naimi (@JCharlesNAIMI), le 10 septembre : «Nouvelles avancées pour le plan d'épargne retraite européen (PEPP) #retraite #Europe».


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Assurance-vie : quand les EMTN font (encore) débat

La Cour d'appel de Bordeaux (26 juin 2018, affaire n° 16/03921) a jugé qu'un produit structuré de type EMTN est suffisamment protecteur pour les épargnants et peut être proposé via un contrat d'assurance-vie. Dans une précédente décision du 23 novembre 2017, la chambre commerciale de la Cour de cassation avait confirmé la possibilité de proposer des Euro Medium Term Notes (EMTN) dans les contrats d'assurance-vie.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Le plafonnement des cotisations Perp expliqué par le BoFip

Un dispositif limite le montant déductible des cotisations d'épargne retraite déductibles en 2019 à la moyenne des cotisations versées en 2018 et en 2019 lorsque le montant versé en 2018 est inférieur à celui versé en 2017 et à celui versé en 2019. Le bulletin officiel des impôts commente ce mécanisme : http: //bofip.impots.gouv.fr/bofip/11478-PGP.html?identifiant=BOI-IR-PAS-50-20-30-20180704.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Un très mauvais contrôle

Par une décision du 26 juillet 2018, la commission des sanctions de l'ACPR a prononcé, à l'encontre de CNP Assurances, un blâme et une sanction pécuniaire de 8 millions d'euros pour plusieurs insuffisances de son dispositif de lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

L'Aprep a nommé sa présidente

A l'occasion de sa dernière assemblée générale annuelle, Christiane Poulalion a été nommée présidente de l'association Aprep. Rappelons ses principaux chiffres au 31 décembre 2017 : 22 000 adhérents, 2,3 milliards d'euros d'encours en épargne, 1,4 milliard d'euros de capitaux assurés en décès.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

1er anniversaire pour l'unité de compte FCPR

Un an après son lancement, le fonds commun de placement à risques (FCPR) Isatis Capital Vie & Retraite référencé en tant qu'unité de compte dans les contrats Generali Vie enregistre des résultats en ligne avec sa stratégie d'investissement, soit + 2,82 % (du 31 mai 2017 au 31 mai 2018).


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Collecte satisfaisante

Le montant des cotisations collectées par les sociétés d'assurances au cours des six premiers mois de 2018 est de 72,4 milliards d'euros (68,3 milliards d'euros sur la même période 2017). L'encours des contrats d'assurance-vie s'élève à 1 701 milliards d'euros à fin juin 2018.


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Apicil a racheté One Life

Implantés à Capellen au Luxembourg, les 145 collaborateurs de OneLife mettent leur expertise au service de plus de 31 000 assurés, pour une collecte de 506 millions d'euros et un encours de 5,2 milliards d'euros (dont 97 % sont des UC et des fonds dédiés).


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Et sur Twitter...

MonFinancier (@MonFinancier), le 11 septembre : «Selon un sondage publié par le service d'investissement financier #Nalo, 74 % des Français se disent favorables à une évolution réglementaire autorisant le transfert des contrats d'#assurancevie».


Octobre - 2018

Retour en haut de page

Cession d'Axa Life

Axa envisage de céder Axa Life Europe sa filiale spécialisée dans les produits d'assurance-vie «variable annuities».


Octobre - 2018

Retour en haut de page